• √ Chap. 3 - La Lettre

    Kyra ouvrit la porte de la chambre et prit soin de la refermer derrière elle, si le capitaine du Loup des Mers était un gentleman (fait étonnamment rare pour un pirate) il toquerait à la porte et ainsi, la princesse ne serais pas prise au dépourvue à son arrivé. 

    Une fois installés dans la chambre, Cody e roula en boule sur un lit sous la forme d'un chien.
    La jeune fille quant à elle, ouvrit le tiroir de sa commode de nuit et en sortit la bourse de pièces qu'elle avait emporter, glissant l'objet dans sa poche. De nouveau, son ventre lui fit mal, elle posa la main dessus, voilà que le calvaire recommençait. Plus les jours passaient, plus la douleur était grande, et plus la cacher était difficile. Kyra allait enlever sa robe quand on toqua à la porte, la jeune fille remit ses jupons en place et alla ouvrir, derrière la porte, elle découvrit le beau capitaine, la jeunesse de ce dernier l'étonnait, elle ne l'avait pas vu si jeune tout à l'heure, mais elle ne doutais pas que ce fut lui, autant par sa prestance que par sa tenue.

    - Kyra, c'est ça ? demanda t-il en entrant dans la pièce.
    - Ophélie en fait, la princesse referma la porte derrière son invité.
    - Non. Il me semble que ta sœur m'as dit que tu te nommait Kyra.
    - Ma sœur ?
    - La Lionne des Mers, ne fait pas l'idiote je sais qui tu est, ton bracelet parle pour toi.

    La jeune fille porta son attention à sa main droite, elle avait pourtant enlever le bijoux qui portait ces armoiries familiales.

    - Pas celui là, l'autre, celui que t'as fait Kiva.
    - Tu connais son prénom.
    - En effet.

    Kyra hocha lentement la tête avant de proposer au capitaine de s’asseoir sur le lit.

    - Sait tu où es ma sœur ? demanda t-elle finalement.
    - Je sais avec qui elle es, mais tu ne la trouveras pas et cela vaut mieux.
    - Ecoute, c'est important, je dois la voir.
    - Pourquoi cela ?

    Kyra hésita, elle ne l'avait encore dit à personne, pourquoi lui devrait t-il savoir la raison de sa fugue, la raison qui la poussait à chercher Kiva ?

    - Ecoute. Si tu veux que je t'aide, tu va devoir être honnête avec moi.

    Soupira t-il en enlevant son tricorne pour le poser à ces côtés, Kyra en profita pour l’observer, fessant mine de réfléchir. Ce capitaine était jeune, vraiment jeune... 25 ans environ.. une barbe de trois jours ornait son visage, ces yeux étaient étrange entre le gris et le vert avec une teinte bleuté et une auréole orangée... sa peau était foncé, sûrement dû aux heures passées sur son navire. Ses cheveux étaient noirs et coupés court et une cicatrice ornait son visage de l’œil jusqu’au col de sa chemise. Sa soeur l'aurait qualifié de "bel ensemble" ce qui était sans doute une des raison pour les quels ils se connaissaient.

    - Kiva doit me mener quelque part, un lieu dont je sais qu'elle connait l'accès.
    - Peut-tu être plus précise ?
    - La Cascade d'Alicié.

    L'homme parut surpris à l'évocation de ce nom, il reprit tout de même un ton neutre avant de demander.

    - Quand t'as telle parler de ça ?
    - Lorsqu'elle m'écrivait encore des lettres.
    - Pourquoi veux tu aller là-bas ?
    - Mener moi juste à ma sœur, je payerais.

    Il secoua la tête.

    - Je ne passe que des marcher sûrs, les lieux sont dangereux et vouloir aller à la Cascade ne peux signifiez qu'une chose...
    - Je suis mourante, en effet.

    Finit t-elle par lâcher de but en blanc. Voilà, c'était dit, quelqu'un d'autre que ces parents savait.. Cody mit à part évidemment.

    - Comment ?

    S'étonna t-il, réaction normal étant donner qu'elle était dans la fleure de l'âge, une princesse qui plus es.

    - J'ai été blessée par une arme magique, le poignard d'Ariwald.
    - Les blessures qu'elles infligent sont mortels.
    - Oui, mais le poison se repend lentement de sorte que la personne blessé souffre le plus longtemps possible.
    - Je suppose que votre langue bien pendue vous à valu cette malencontreuse blessure.

    Kyra le regarda un instant, non. Ce n'était pas ce qu'il s'était passer, mais était-ce si important, au fond, de savoir le pourquoi du comment ? Devait t-elle vraiment tout lui dire ou se contenter de lui hocher la tête sagement en espérant qu'il accepte de l'aider ?

    - Je suis une princesse, mais je suis aussi une bâtarde.

    Elle fit une pause de narration, attendant quelconque interruption mais l'homme face à elle l'invita à poursuivre, sans chercher à placer quelconque commentaire désobligeant.

    - Mon père à eu des aventures avec l'une des femmes du château... elle est morte en me mettant au monde d'après lui, mais je sais qu'elle m'a abandonnée à mon père peu après ma naissance. Les gens du palais parle beaucoup.
    C'est la reine qui m'as élevée, comme sa fille malgré mes origines. Ce qu'elle ne savait pas au début, c'est que ma mère n'était pas une servante du château comme l'avait initialement dit mon père. Ma mère était une femme de l'océan, une sirène, Hériel, c'était son nom.
    Les chances que j'hérite de sa magie étaient minimes, je n'était pas née dans l'eau, le rituel de naissance des sirènes n'avait pas été respecté... je devait être une humaine normal et le secret aurait du être garder pour toujours. Seulement, les secrets ne restent jamais cacher bien longtemps et j'ai commencer à développer des dons. D'abord, ce n'était que des choses anodines, je respirait sous l'eau, parlait aux animaux... quelques pouvoirs facile à cacher.

    De nouveau, Kyra fit une pause et cette fois, le jeune capitaine avait quelque chose à dire.

    - Les sirènes ne sont pas censées avoirs disparues ? Je suis marin et je n'en est jamais vu une seule.
    - Oui, elles devraient, elle se terrent au fond de l'océan, seuls l'émissaire envoyer pour ressigné le traité de paix entre les deux peuple remonte vers les Hommes.
    - Ta mère ?

    La princesse opina du chef et l'homme l'invita à poursuivre son récit.

    - Et puis ma sœur est partie, j'avais 12 ans, et alors que j'avais fuguer pour la chercher, je l'est entendu : l'appel de l'océan. Je n'est pas résister et j'ai plonger dedans. J'était si bien. Je me sentait protégée de tout, j'était seule, enveloppée d'eau, entourée de silence, je ne manquait de rien.
    Alors j'y suis retournée, de plus en plus souvent, de plus en plus longtemps et j'ai commencé à développer des dons plus puissants encore. Je pouvait utiliser l'eau à mon souhait. Alors je passais mes journées à jouer dans l'eau et mes nuit à étudier dans les bibliothèques du château pour me comprendre, pour comprendre les hommes et pour comprendre les sirènes.

    Kyra s'arrêta et garda le silence plusieurs minutes, la suite, qu'elle suite stupide, elle s'en voulait tellement, se sentait responsable.. comment en raconté les faits à quelqu'un ? Agacé par le mutisme de la princesse, le pirate intervint.

    - Cela ne me dit en rien comment tu en est venue à être blessée.
    - Il... il y à quatre jour, soit une journée avant mon arrivée ici, je me suis fait repêcher par un homme, il me pensait en danger après m'avoir vue plonger sans remonter. Je l'ai d'abord gentiment remercier, lui sommant de me reposer sur la terre ferme mais il à tenu à me rapporter chez pour demander ma main à mon père. J'ai refuser de lui décliner mon identité mais... mais ce stupide bijoux offert par ma famille lui à dévoilé qui j'était. Il c'est donc rendu au château, réclament argent à mes parents contre ma liberté, me menaçant du poignard d'Ariwald s'ils refusaient. Alors bien sûr, ils ont accepté et l'on grassement payé, en partant pourtant, il à fait glisser la lame du poignard contre ma peau, m'infligeant une blessure mortel et douloureuse. Et... et comme j'avais reçu il y à quelques année une lettre de Kiva me parlant des miracles de la Cascade d'Alicié, je me suis dit qu'elle pourrait m'aider à trouver le lieu en question.

    L'homme se leva, prenant son tricorne d'une main, se dirigea vers la porte, approcha sa main libre de la poignée puis arrêta son geste, hésitant. Finalement, il baissa le bras et revient se placer face à la princesse qui se leva pour être à la hauteur de son interlocuteur bien qu'il fit une bonne tête de plus qu'elle.

    - Je connais très bien ce lieu, ta sœur et moi l'avons découvert ensemble. Elle m'avait jurée de n'en parler à personne. La lionne des mers à trahit ma confiance se fessant, je ne veux pas la revoir.
    - C'est pas pour ça.
    - Pardon ?
    - Si tu ne veux plus la revoir, ce n'est pas parce que elle t'as trahit sur ce secret... laisse moi deviner, vous avez étés amants ?

    Les yeux du capitaines devinrent noirs, foudroyant la jeune princesse comme s'ils pouvaient la tuer aussi efficacement qu'une arme. Il ne niait pas, aussi Kyra savait t-elle avoir toucher juste.

    - Tu connais la Cascade, peux-tu m'y mener ? Je te payerais sois en sûr.
    - Alors que tu risque de mourir en chemin et que je ne reçoivent jamais l'agent ? Hors de question.

    Avec soupir de lassitude, la princesse se dirigea vers la table de nuit et en tira une plume ainsi qu'un bout de papier.

    - J'écrit : "Mon cher père, ma chère mère, si vous recevez cette lettre ce jour, c'est que je ne suis plus de ce monde. Veuillez pardonner ma fugue, mais je devais tout tenter pour survivre, ma mission ici bas n'était pas terminer celons moi. Cette lettre entre vos mains pourtant est la preuve que je me fourvoyait quant à mon destin. Voyez cette homme qui ce tient devant vous, lui qui vous porte cette lettre. Il auras tout fait pour me venir en aide et bien que je ne suis plus, je tient à ce qu'il en soit récompenser, donner lui la valeur de...' Disons 100 pièces d'or ?

    L'homme face à elle hocha le tête, le prix lui convenait; Kyra replongea son regard sur la lettre et continua d'écrire. Les derniers mots tracés, la princesse sortit son bracelet d'or du tiroir de la commode, plia le papier, coula la cire de la bougie dessus avant de maquer du saut familial la lettre sceller.

    - Si vous remettez cette lettre en main propres à mes parents, ils vous donnerons l'argent. Si vous refuser de me conduire...

    Kyra posa la lettre au dessus de la bougie, il lui suffisait de baisser la main pour que le papier brûle, emportant quelconque trace des mots écrit avec lui.

    - Si je te ramène en vie je veux le double, lança t-il.
    - Je te donnerais le triple.
    - Alors nous avons un marcher.

    Il tendit la main, Kyra la serra avant de lui tendre la lettre qu'il fourra dans sa poche.

    - Sois prête pour demain, nous partons à l'aube.

    Cette fois il ouvrit la porte et quitta la pièce, laissant Kyra seule dans la chambre.

    - Au fait, quel est ton nom ?

    Demanda t-elle alors qu'il atteignait les escaliers, il se retourna, vexé qu'elle ne le connaisse pas.

    - Warren, Capitaine Warren Parrot.
    _____________________________________________________________________________________

    Chapitre 4 -->


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :